GTX 1080 Ti face aux jeux PC les plus exigeants
CritiqueGaming

GTX 1080 Ti face aux jeux PC les plus exigeants

Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Zurich, le 19.04.2017
Traduction: HieronymusSophronius
La GTX 1080 Ti est, paraît-il, la carte graphique la plus rapide sur le marché – à l’exception de la nouvelle Titan Xp dédiée à une élite de super-riches. Je demande à voir. Nous laissons une carte graphique Asus Strix se mesurer aux plus grands gourmands en hardware de tous les temps et découvrons par la même occasion si le gaming 4K est enfin possible sans compromis.

«Veux-tu tester une GTX 1080 Ti?», me demande mon collègue du département hardware. «Ouais, évidemment, donne-la-moi», dis-je sans hésiter. Je n'ai pas entendu ses derniers mots, mais ce n'est pas grave. Je vais encore effectuer un test, ma foi. Dans de telles circonstances, je me sacrifie volontiers pour les utilisateurs digitec. Et quel test serait le mieux adapté que celui de confronter le nouveau produit phare Nvidia aux jeux les plus gourmands en hardware de tous les temps – et oui, cela va de soi, «Crysis» ne doit pas manquer à l'appel.

Installation et système test

Pour le test, j'ai à disposition l'ASUS ROG Strix GTX 1080 Ti OC overclockée. 11 Go de RAM et fréquence d'horloge 1569 MHz. De quoi faire battre mon cœur. Je peux donc mettre ma très ancienne carte poussiéreuse Gigabyte 1080 G1 Gaming au placard. Cela fait déjà des MOIS qu'elle est dans mon PC.

Avant l’installation, il est indispensable de vérifier si la Strix rentre dans votre boîtier. Bien évidemment, je ne l'ai pas fait, sinon mon collègue aurait choisi quelqu'un d'autre pour effectuer le test. Ce que je constate en la comparant à la Gigabyte, c'est que la carte Asus est bien plus longue. Elle est également plus épaisse, mais dans la plupart des cas, cela n'a aucune importance. Je sais par expérience que les cartes graphiques nécessitent un emplacement supplémentaire. Ce qui m'inquiète le plus, c'est la longueur qui est de 29,8 centimètres. L'espace va-t-il suffire? Et il fallait donc s'y attendre – la carte est trop grande pour mon boîtier. J'hésite un moment à utiliser la force, mais j'imagine déjà le visage indigné de mon collègue, je chasse donc cette idée. Par chance, la cage du disque dur est facile à dévisser sur ma tour moyenne NZXT H440. La Strix est donc installée en un tour de main.

Avec un peu d'improvisation, le tour est joué.

La consommation est le deuxième critère dont vous devez tenir compte lors de l'achat d'une GTX 1080. La Strix est alimentée en électricité par votre bloc d'alimentation avec deux connecteurs à 6 ou 8 broches. Certes, les modèles Ti sont en général plus économes que leurs homologues 1080, mais les modèles overclockés sont encore plus gourmands en électricité. À pleine puissance, l'Asus Strix consomme ainsi jusqu'à 300 Watts. Vous devrez installer un bloc d'alimentation fournissant au moins 600 Watts.

Heureusement, une puissance élevée ne se traduit pas par un niveau sonore conséquent. Même à pleine charge, la carte est relativement silencieuse. Nettement plus silencieuse que ma GTX 1080 Gigabyte G1 Gaming.

Mon système test

  • Système d’exploitation: Windows 10 Pro
  • Unité centrale: Intel i7 4770K @ 3.9 GHz
  • RAM: 16 Go DDR3 Corsair Vengeance
  • Carte mère: Asrock Z97 Extreme6

Que les jeux commencent !

Évidemment, vous pourriez également utiliser la GTX 1080Ti pour exploiter à fond la performance de votre moniteur 144 Hz. Dans le test suivant, c'est cependant la performance avec une résolution de pixels maximale qui m'intéresse. La 1080 Ti est-elle en mesure d’avoir une résolution jusqu'à 3840 x 2160 pixels avec un débit d'images régulier et constant ou doit-elle capituler devant ce grand défi? Pour le savoir, j'ai concocté un programme particulièrement chargé pour mes candidats participant au test. J'ai sélectionné dix jeux qui, déjà en résolution Full HD, exigent beaucoup de la plupart des systèmes.

Les candidats

  • «Crysis»
  • «GTA V»
  • «Hitman»
  • «The Division»
  • «Far Cry Primal»
  • «The Witcher 3»
  • «Battlefield 1»
  • «Deus Ex Mankind Divided»
  • «Rise of the Tomb Raider»
  • «Ghost Recon Wildlands»

Dans la mesure du possible, j'ai effectué les tests avec un maximum de détails et une résolution 4K. Sauf indication contraire, sans V-Sync et sans supersampling, mais avec anti-aliasing. Pour les jeux sans benchmark intégré, je me suis servi du programme Fraps.

«Crysis»

«But can it run Crysis?» Dix ans après sa sortie, Crysis est encore considéré comme LE benchmark graphique de référence. À sa sortie, il n'existait pratiquement aucun PC en mesure de livrer une représentation fluide du jeu avec tous ses détails. À l'époque déjà, je ne voulais pas me passer de ces détails. Au lieu de cela, je me suis accommodé des séquences intermédiaires saccadées. Un graphisme esthétique, c'était ça le principal. Et il l'est aujourd'hui encore. Alors que la plupart des jeux vieillissent tant bien que mal, «Crysis» n'a pas perdu de son charme. Le CryEngine est un moteur très exigeant même à l'égard de systèmes de pointe actuels. Jusqu'à un certain degré, cela est sûrement dû au manque d'optimisation, mais le résultat m'a quand même surpris pour un jeu aussi ancien. Avec tous les détails et en 4K, même la GTX 1080 Ti ne peut pas fournir 60 ips. L’expérience de jeu est certes toujours parfaitement fluide, mais on ne peut pas parler d'une performance extraordinaire.

3840 x 2160, maximum de détails, 8x AA, 55 ips en moyenne, 42 ips minimum

«Hitman»

Le moteur graphique Glacier 2 utilisé pour «Hitman» est certes très bien optimisé, mais requiert cependant une machine performante pour un maximum de détails. Étant donné que souvent un grand nombre de personnages peuplent les niveaux, un processeur puissant est également de mise. Cependant, dans «Hitman», la GTX 1080 Ti dévoile ses plus grandes qualités et une fréquence de balayage très élevée même avec mon unité centrale plutôt ancienne.

3840 x 2160, maximum de détails, SMAA, 75 ips en moyenne, 45 ips minimum

«GTA V»

Le vaste univers du jeu avec ses habitants agités représente un défi pour tous les PC. Un redimensionnement fonctionne à merveille avec des systèmes aux composants faibles. Si par contre, vous activez tous les détails comme la technique des ombres améliorée PCSS de Nvidia et le lissage des angles, l'épopée des gangsters éditée par Rockstar met alors certains PC à genou. «GTA V» fonctionne d'ailleurs avec le moteur de jeu Rage propre à Rockstar qui a également déjà été utilisé dans ses anciennes versions dans «Red Dead Redemption» ou «GTA IV». Comme pour «Hitman», un processeur puissant est également un plus pour «GTA V». J'ai réglé MSAA sur 4x pour pouvoir activer le FXAA de Nvidia en plus. Avec 8x MSAA, la performance a chuté trop fortement. Ce sont surtout les effets climatiques qui influent fortement sur la performance. Dans l'ensemble, on y joue facilement, mais on est encore bien loin des 60 ips.

3840 x 2160, maximum de détails, 4xSMAA, 46 ips en moyenne, 35 ips minimum

«The Division»

Avec de fortes chutes de neige et des effets de lumière extraordinaires, «The Division» compte parmi les jeux les plus impressionnants sur le plan visuel. Évidemment, cela se manifeste également dans les exigences. En particulier lorsqu'en plus les personnages aux lance-flammes sortent leurs joujoux et que toute une vague d'assaillants se précipite sur vous, vous avez besoin de réserves de puissance adéquates. Par ailleurs, le moteur Snowdrop exploite au maximum les fonctions de Nvidia Gameworks: HFTS, HBAO+, PCSS et toutes les autres. Tout cela a un prix. Le benchmark intégré n'est pas obligatoirement le plus représentatif, étant donné qu'il existe des scènes nettement plus intenses dans le jeu. Dans l'ensemble, on peut jouer à «The Division» tout à fait convenablement avec une 1080 Ti et en 4K.

3840 x 2160, maximum de détails, 1xSMAA Ultra, 53 ips en moyenne, 30 ips minimum

«Far Cry Primal»

L'aventure se déroulant à l'Âge de pierre impressionne par ses niveaux étendus, peuplés d'animaux et d'êtres humains. Comme d'autres jeux Ubisoft, le moteur de jeu Dunia mise sur différentes technologies Nvidia. Bien qu'il attire aujourd'hui encore tous les regards, les exigences quant à la carte graphique demeurent raisonnables dans l'ensemble. Toutefois, la Strix manque ici aussi de justesse la barre des 60 ips.

3840 x 2160, maximum de détails, 1xSMAA textures Ultra-HD, 56 ips en moyenne, 49 ips minimum

«The Witcher 3»

Deux ans encore après sa sortie, il demeure encore l'un des plus beaux jeux. Des vues se déployant jusqu'à l'horizon, des arbres bruissant dans le vent, de fortes pluies et des visages poussant le détail à l’extrême requièrent un maximum de performance. La simple fonction Hair Works de Nvidia, qui anime de manière réaliste les cheveux de Geralt, requiert une puissance très élevée. Un redimensionnement fonctionne en effet parfaitement si bien que même des PC moins performants ne sont pas défavorisés. Sans Hair Works, le jeu fonctionne en moyenne avec 58 ips.

3840 x 2160, maximum de détails, AA, 47 ips en moyenne, 42 ips minimum

«Battlefield 1»

Les jeux «Battlefield» sont connus depuis des lustres pour leur niveau graphique impressionnant. Le petit dernier ne fait pas exception à la règle. Le moteur Frostbite 3 crée des explosions à couper le souffle et des effets de lumière sur l'écran. Lorsque 64 joueurs se rouent de coups, que des chars tirent de tous les côtés et qu'en plus le temps se gâte, le boîtier du PC se met à chauffer. Cependant «Battlefield 1» fait également partie des jeux les mieux optimisés et on y joue encore volontiers même avec des systèmes moins performants. Sur la map «St. Quentin Scar», la 1080 Ti parvient à dépasser les 60 ips avec mon unité centrale. Une unité centrale plus performante sera ici nettement avantageuse.

3840 x 2160, maximum de détails, SMAA, 68 ips en moyenne, 53 ips minimum

«Deus Ex Mankind Divided»

Rempli de détails, de surfaces brillantes et de textures extrêmement nettes, «Deus Ex Mankind Divided» offre une représentation convaincante d'un monde de science-fiction futuriste lugubre. La fraîcheur du graphisme puise aussi énormément dans vos réserves de puissance. Ce n'est certainement pas le jeu le mieux optimisé, mais il n'en reste pas moins honorable. Pour ce test, j'ai dû laisser MSAA de côté, car il n’est pas possible de jouer à ce jeu s’il est installé. Étant donné que la résolution 4K rend le lissage des angles pratiquement inutile, on peut s'en accommoder. Cependant, mon PC ne peut pas vraiment faire face à la multitude de fonctions comme la lumière dynamique, la tesselation et la simulation physique des vêtements. Il vous faudra vous passer de quelques détails si vous voulez jouer en 4K.

3840 x 2160, maximum de détails, sans AA, 39 ips en moyenne, 31 ips minimum

«Rise of the Tomb Raider»

Dans «Rise of the Tomb Raider», les sommets enneigés, les vallées fleuries et les ruines miraculeuses sont d'une splendeur époustouflante. Graphiquement, le moteur du jeu est l'un des plus phénoménaux. Ici aussi, les développeurs ont pioché dans la boîte à outils de Nvidia nommée Game Works. La technique de l'éclairage VXAO (uniquement pour DX11) ou Pure Hair exigent un maximum de performance. Sans l'activation du lissage des angles, mais sinon avec toutes les autres fonctions activées, Lara bondit partout avec dans l’ensemble 60 ips.

3840 x 2160, maximum de détails, sans AA, 57 ips en moyenne, 36 ips minimum

«Ghost Recon Wildlands»

Un univers de jeu gigantesque, une végétation luxuriante et des effets climatiques vraiment jolis font que malgré un gameplay plutôt monotone, on peut encore éprouver du plaisir à jouer à «Ghost Recon Wildlands». Le jeu en monde ouvert est extrêmement détaillé et la distance de visibilité est étonnante. En particulier les orages vous donneront des frissons dans le dos. Si vous voulez jouer à fond avec tous les détails, vous aurez besoin d'une carte graphique performante. Si vous vous passez du lissage des angles, votre PC vous fournira alors une fréquence d'images stable, même en 4K.

3840 x 2160, maximum de détails, SMAA, 39 ips en moyenne, 32 ips minimum

Aperçu des résultats

Testé avec 3840x2160p, maximum de détails et un i7 4770K

Voici comment se comporte la GTX 1080 Ti avec un i7 5960X @ 4.3 GHz en comparaison avec d'autres cartes graphiques.

Photo : Guru3D

Conclusion: Elle fait bien évidemment l'affaire

L'Asus ROG Strix 1080 Ti OC s'en sort bien même avec les jeux les plus exigeants, cela également dans le haut de gamme en 4K. Toutefois, elle n'en sort pas indemne. Avec mon système, elle n'atteint la valeur cible de 60 ips que rarement. Une unité centrale plus puissante est un léger plus, mais en premier lieu, cela est dû à des jeux mal optimisés ou à des options graphiques ambitieuses. Game Works, en particulier, donne du fil à retordre à tous les systèmes. Dans de nombreuses situations, vous devrez également désactiver le lissage des angles si vous voulez que le jeu soit fluide. Avec une résolution de 3840 x 2160 pixels, il est facile de s'en accommoder. Globalement, la GTX 1080 Ti m'impressionne. Si cela ne tenait qu'à moi, je la garderais, mais mon collègue m’en empêchera. Avec des concessions minimes ou une unité centrale plus rapide, le nouveau produit phare de Nvidia est équipé pour les jeux en 4K. Et si vous attachez plus d'importance à une fréquence d'image plus élevée ou que vous souhaitez tirer le maximum de votre moniteur 144Hz, vous serez également bien servis.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Placeholder image
placeholder

placeholder

Placeholder image
placeholder

placeholder

Placeholder image
placeholder

placeholder

Placeholder image
placeholder

placeholder

Cet article plaît à 57 personne(s)


Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Senior Editor, Zurich
En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser