La Logitech G900 Wireless à l'essai: l'ère des souris gaming sans fil est-elle enfin arrivée?
Critique

La Logitech G900 Wireless à l'essai: l'ère des souris gaming sans fil est-elle enfin arrivée?

Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Zurich, le 14.06.2016
Traduction: Stéphanie König
Si vous voulez avoir une chance de gagner un jeu en ligne ultrarapide, jouez avec une souris filaire. C’est du moins ce qui était de mise jusqu’à présent. La G900 devrait prouver le contraire. Est-ce que Logitech arrivera aussi à convaincre les fervents serviteurs de la souris avec fil?

La souris sans fil est pratique. Pas de câbles emmêlés ni de fil qui s’accroche partout sur le bureau. Elle n’a pourtant jamais réussi à séduire les gamers et plus particulièrement les adeptes de jeux en ligne. Imprécise, vague, en retard. Les rongeurs sans queue ont mauvaise réputation. J’ai moi-même testé plusieurs modèles il y a quelque temps, dont la Razer Mamba et la MadCatz R.A.T. 9. Mais j’ai ressorti ma bonne vieille souris filaire après quelques semaines. J’avais l’impression que les souris sans fil manquaient de précision et que tout était transmis avec un léger retard. Lors d’une LAN party, plusieurs copains les ont testées et en sont arrivés à la même conclusion: les actions sont décalées dans le temps. C’est peut-être juste une impression, comme lorsqu’on pense que notre téléphone portable vibre dans la poche alors que ce n’est pas du tout le cas. Depuis, j’ai jeté mon dévolu sur la Logitech G502.

aucune information disponible sur cette image
La G900 à côté de la G502.

Un appareil chic avec toutes les finesses

C’est plutôt septique que je me suis lancé dans le test de la nouvelle souris sans fil Logitech G900 Chaos Spectrum. On a le droit de se montrer exigeant vu son prix: 180 francs. En la déballant, impossible d’être déçu. Un design super stylé et des touches à n’en plus finir. La souris se charge à l’aide d’un câble USB ou est directement utilisée avec le fil. Le récepteur WiFi de 2.4GHz peut être branché au câble grâce à l’adaptateur USB/microUSB joint à la livraison. On économise ainsi un port USB. Les spécifications parlent pour elles: 12 000ppp, un taux de rapport de 125 à 1000Hz et un logiciel qui répond à toutes les attentes.

Grâce au design modulaire, la G900 est personnalisable. Les touches magnétiques qui se trouvent sur le côté peuvent être montées à gauche ou à droite (en fonction de la main forte). On ne retrouve par contre plus de poids comme chez la G502. La molette peut être mise en mode roue libre sur simple pression d’un bouton. La résistance est un peu plus prononcée que chez la G502, ce que j’ai trouvé plutôt agréable. Grâce à un commutateur ppp, on peut régler le niveau de sensibilité, qui peut même être couplé avec l’éclairage RVB.

aucune information disponible sur cette image

Extrêmement légère, mais pas de place pour se reposer

Au contraire de la G502, la G900 n’a pas de zone sur laquelle on peut poser le pouce. La paume de la main reste elle aussi suspendue dans l’air et seule une petite partie des doigts repose sur la souris. Mais cela ne m’a posé de problème, même lors de longues parties. Ça a peut-être un rapport avec le poids de la souris qui n’est que de 107 grammes. Si j’avais le choix, je privilégierais toutefois le design classique de la G502. Mais dans l’ensemble, la G900 est agréable en main et m’a fait très bonne impression.

aucune information disponible sur cette image

Passons aux choses sérieuses

Comment est-elle dans le feu de l‘action? J’ai réglé la sensibilité des deux modèles, G502 et G900, de la façon la plus identique possible. Comme on peut les utiliser parallèlement, j’ai pu passer de l’une à l’autre au gré de mes envies pendant la partie. Les deux modèles ont une résolution maximale de 12 000ppp – beaucoup trop pour mon écran de 34 pouces. Mon bilan: il n’y a vraiment aucune différence. «Overwatch», «The Division» ou «Counter-Strike: GO» – je n’ai à aucun moment eu l’impression de ne pas avoir le contrôle. Au début, on a un peu de mal lorsqu’on change, car on est très habitué à sa souris, puis on finit par ne plus remarquer aucune différence. Et sans fil qui tape sur les nerfs, on se sent presque aussi libre que lorsqu’on fait du naturisme. Si je n’étais pas obligé de la rendre, elle serait devenue ma fidèle alliée de jeu pour les prochaines années.

D’après Logitech, la batterie tient 32 heures lorsque l’éclairage est éteint. Je n’y ai bien entendu pas renoncé, sinon, mon clavier disco aurait pris des ailes. Mais même avec l’éclairage, je n’ai eu aucune pensée pour l’autonomie de la batterie. Ça fait déjà plusieurs jours que je ne l’ai plus rechargée. Et, s’il y a urgence, on peut rapidement brancher le câble USB.

aucune information disponible sur cette image

Bilan: une souris qui pourrait même attraper Garfield – s’il se laissait faire

La G900 est un joujou remarquable. Bien qu’au prix de 180 francs, on ne puisse plus vraiment parler de jouet. La souris est élégante, sa finition est superbe, elle peut être utilisée avec la main gauche ou la main droite, est agréablement légère et son capteur est très précis. La fonction sans fil est exceptionnelle et fait enfin disparaître la frontière qu’il y avait entre les souris avec et sans fil. Les joueurs invétérés trouvent ici l’une des meilleures souris de jeu du marché – à un prix avantageux.

Voici une autre alternative sans fil

Souris
G900 Chaos Spectrum (Câble, Sans fil)
113,49
Logitech G G900 Chaos Spectrum (Câble, Sans fil)
Souris
G502 Proteus Spectrum (Câble)
94,07
Logitech G G502 Proteus Spectrum (Câble)
Souris/>
Mamba Gaming Mouse (Câble, Sans fil)
Razer Mamba Gaming Mouse (Câble, Sans fil)

Cet article plaît à 22 personne(s)


Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Senior Editor, Zurich
En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser