Voici comment transformer un serveur en PC de gamer pas cher
En coulisseGaming

Voici comment transformer un serveur en PC de gamer pas cher

Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Zurich, le 28.06.2017
Révision : Stéphanie König
Transformer un serveur en PC de gamer ne nécessite ni budget exorbitant ni expertise informatique. Il vous suffit d’installer quelques nouvelles composantes.

Vous pouvez bien entendu acheter une nouvelle machine entièrement équipée, mais vous devez avoir les connaissances correspondantes et elle peut coûter très cher, selon ses composantes. Il existe une autre solution. Mon collègue de la division consacrée au matériel informatique a eu l’idée de modifier un serveur pas cher, pratiquement sans bidouillages et avec peu de moyens. Pour environ 600 francs, vous n’aurez certes pas une résolution 4K, mais la Full HD, ce qui devrait donner de bons résultats, même sans réduire les paramètres graphiques au minimum.

aucune information disponible sur cette image
La tour est compacte.

Le matériel

Notre matériel de base est un serveur compact de Dell. Son processeur, un Intel Xeon E3-1225 de 3,2 GHz, devrait suffire pour notre projet, mais sa carte graphique intégrée et ses 4 Go de mémoire ne nous mèneront pas bien loin. J’ai donc installé une GTX 1050 Ti et une barrette de mémoire vive supplémentaire de 8 Go. L’idéal aurait bien sûr été d’avoir deux modules identiques, mais ma solution est la moins chère, et elle fonctionne. J’ai également doté le Dell d’un disque dur SSD de 120 Go pour assurer un démarrage et un traitement des opérations quotidiennes plus rapide. Le bloc d’alimentation de 290 W est suffisant.

Ces étapes ne nécessitent pratiquement aucune connaissance préalable. Insérez simplement délicatement la carte graphique dans le connecteur PCI-E bleu et la barrette de mémoire à côté de sa consœur, en utilisant le port de même couleur. Le disque dur SSD nécessite bien entendu du courant et une connexion à la carte-mère via un câble SATA. Si vous avez un doute, observez comment le disque dur de 1 To déjà installé est connecté.

aucune information disponible sur cette image
L’intérieur est bien rangé. Vous pourrez facilement installer la carte graphique et la barrette de mémoire vive.

L’ordinateur ne possède encore aucun système d’exploitation. Il vous faut donc d’abord vous procurer Windows et l’installer. Utilisez une clef USB amorçable, car le Dell n’a pas de lecteur de disque.

Nous pouvons enfin nous concentrer sur les jeux. J’ai installé quelques-uns des plus courants et vérifié les performances de l’ordinateur à une résolution de 1920 x 1080 pixels. Pour ce faire, j’ai généralement réglé les paramètres graphiques au minimum et désactivé la synchronisation verticale.

«CS:GO»

aucune information disponible sur cette image

Minimum: 110 fps, Maximum: 220 fps, Moyenne: 180 fps , au niveau de détail le plus élevé

«Counter-Strike: Global Offensive» reste l’un des jeux les plus populaires sur Steam. Comme il n’est pas tout nouveau, vous n’avez pas besoin d’un PC extrêmement performant. Il n’a aucun test de performance intégré. J’ai donc commencé par utiliser FPS Benchmark Mod (en anglais). Avec un niveau de détail et de lissage des contours maximal, j’ai déjà de bons résultats, enfin jusqu’à ce qu’une grenade fumigène explose dans la démo et que le nombre d’images redescende brusquement à 27 par seconde. Apparemment, cela ne se produit que dans ce test de performance. Durant les parties normales, j’ai pu lancer autant de grenades fumigènes que je voulais tout en gardant une fréquence d’image stable. Le PC est donc bien assez équipé pour chasser les terroristes ou leurs ennemis.

«Battlefield 1»

aucune information disponible sur cette image

Minimum: 45 fps, Maximum: 60 fps, Moyenne: 50 fps , au niveau de détail le plus élevé

«Battlefield 1» fait partie des plus beaux jeux sur le marché. Il fonctionne heureusement très bien sur notre machine. En réglant tous les paramètres au maximum, on obtient entre 45 et 60 fps. Le nombre d’images par seconde pourrait même augmenter sans ralentir l’écran de 60 Hz. Par ailleurs, DirectX 12 est légèrement plus stable que DirectX 11.

«Doom»

aucune information disponible sur cette image

Minimum: 50 fps, Maximum: 78 fps, Moyenne: 60 fps , au niveau de détail le plus élevé sous Vulkan

Comme «Battlefield 1», «Doom» a l’un des graphismes les plus imposants tout en étant économe. Il fonctionne parfaitement bien, même lorsque tous les paramètres sont au maximum et avec l’API Vulkan sélectionnée.

«Ghost Recon Wildlands»

aucune information disponible sur cette image

Minimum: 38 fps, Maximum: 58 fps, Moyenne: 50 fps , au niveau de détail moyen

Minimum: 31 fps, Maximum: 45 fps, Moyenne: 40 fps , au niveau de détail très élevé

Les jeux en monde ouvert d’Ubisoft sont un défi même pour les PC très performants. Si vous voulez avoir un taux de rafraîchissement de l’image correct, oubliez la version Ultra, mais vous pouvez jouer même à bien moins de 60 fps. L’image est encore belle à un niveau de détail moyen, et le jeu reste relativement fluide. Il aura un peu plus de peine à un niveau élevé, selon le temps et le nombre d’adversaires.

«Fallout 4»

aucune information disponible sur cette image

Minimum: 40 fps, Maximum: 60 fps, Moyenne: 50 fps , au niveau de détail le plus élevé, sans effet de débris d’objets ni HBAO+

Le monde post-apocalyptique de «Fallout 4» n’est certes ni très joli ni très net, mais il mérite qu’on lui rende hommage. La GTX 1050 Ti maîtrise très bien «Fallout 4». Si vous voulez jouer à la troisième personne, vous perdrez quelques images par seconde. Et si vous activez en plus l’effet de débris d’objet et la technologie HBAO+, vous descendrez parfois même sous 40 fps. Mais le jeu fonctionne toujours bien. Si, pour vous, la fréquence d’image est plus importante que de beaux effets visuels, vous profiterez pleinement de l’expérience.

Les résultats

aucune information disponible sur cette image
Les jeux ont été testés avec une carte graphique GTX 1050 Ti à 1920 x 1080 p avec un niveau de détail maximum, sauf «Ghost Recon Wildlands».

Une machine performante, à un détail près

Comme vous avez pu le lire, avec un peu d’aide, les jeux sont très fluides à un niveau de détail élevé, voire maximum. Certains nécessiteront certainement que vous réduisiez le niveau de détail, mais dans l’ensemble, cette solution est vraiment rentable. Elle demande relativement peu de manipulations et vous fait économiser par rapport à l’achat d’un PC déjà tout équipé. Bien entendu, les applications multimédias ne seraient pas aussi performantes sans le processeur Xeon.

Petit bémol: en voulant remplacer le bloc d’alimentation afin de pouvoir installer une GTX 1060, j’ai dû me rendre à l’évidence: la carte-mère n’a pas la bonne fiche. Elle nécessite une fiche à 4 broches et une fiche à 8 broches. Et si je voulais brancher une fiche de 24 ou 20 broches, que possède tout bloc d’alimentation qui se respecte, j’aurais besoin d’un adaptateur. On en trouve sur Internet, mais leur utilisation n’est recommandée que sous certaines conditions, d’autant plus que la carte-mère ne fonctionne pas nécessairement à un voltage plus élevé. La capacité de l’ordinateur ne peut donc pas être énormément augmentée.

Cela dit, vous pouvez transformer facilement votre serveur Dell en un joli petit PC avec lequel vous pourrez jouer sans problème à quasi tous les jeux actuels.

Le PC à bas prix se compose des pièces suivantes et coûte 600 francs, bien moins qu’un PC entièrement équipé d’une catégorie comparable

PowerEdge T20 - 20-3708 (Intel Xeon E3-1225 v3 v3, 4Go)
Dell PowerEdge T20 - 20-3708 (Intel Xeon E3-1225 v3 v3, 4Go)
8
A400 (120Go, 2.5")
20.79
Kingston A400 (120Go, 2.5")

Et si vous avez encore besoin d'un système d'exploitation

Si ça fait encore trop de travail pour vous

PC
/>
Sirius S80 (Intel Core i7-7700, 16Go, 250Go, 1To, SSD, HDD)
digitec Sirius S80 (Intel Core i7-7700, 16Go, 250Go, 1To, SSD, HDD)
5

Un PC de gamme moyenne assemblé en Suisse et développé pour vous par nos spécialistes. Avec Intel Core i7, RAM de 16Go, SSD 960 Evo de 250Go, HDD de 1To, GTX 1050Ti et Windows 10 préinstallé.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser:

Voici la *Xbox One X**
placeholder

placeholder

Stress pur: Wir spielen *«PlayerUnknown’s Battlegrounds»** mit einem Pulsmesservidéo
placeholder

placeholder

Huit raisons de participer à une *LAN party**
placeholder

placeholder

Cet article plaît à 43 personne(s)


Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Senior Editor, Zurich
En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser